EconomiePolitique

RDC : Bahati Lukwebo relève à Felix Tshisekedi la situation financière catastrophique héritée au sénat

La situation financière du Sénat de la République Démocratique du Congo ainsi que des questions relatives à la rentrée de la session de Mars ;

Tels sont les points abordés entre le président de la République Félix Antoine Tshisekedi et le président du sénat congolais, Modeste Bahati Lukwebo, ce vendredi le 12 mars 2021 à la cité de l’Union africaine à Kinshasa lors de la première audience lui accordée depuis son installation comme président de cette institution.

Le président du sénat a révélé à son hôte que la situation financière de cette institution est en mauvaise posture où  » 14 millions USD de dettes ont été laissées par le bureau précédent  ».

 » Il faut avouer que la situation n’est pas du tout reluisante, surtout la situation financière où nous avons à payer des dettes de plus de 14.000.000 des dollars américains qui ont été laissées par nos prédécesseurs… Au nom de la continuité de l’État nous sommes obligés d’en tenir compte dans notre plan de trésorerie  », déplore Bahati Lukwebo qui s’en remet au chef de l’Etat pour la régularisation cette situation.

Par la même occasion, le président de la chambre haute du parlement a sollicité auprès du chef de l’État une audience en faveur du nouveau bureau et des sénateurs membres de l’union sacrée de la nation, avant d’évoquer des questions relatives à la rentrée parlementaire de mars.

Entre temps, l’autorité morale de l’AFDC-A invité la nouvelle équipe dirigeante du sénat de continuer à assurer le bon fonctionnement de l’institution mais aussi tenter d’éponger le passif, notamment les différentes dettes envers des tiers, à savoir des découverts bancaires, de même que des dettes envers les sénateurs, des jetons de présence et des frais de mission et autres dûs aux fournisseurs.

Jules Ninda

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer