Politique

Sud-kivu: Appelé par les couches sociales à démissionner, le gouverneur Théo Ngwabije tente de sauver sa peau en suspendant le maire de Bukavu

Alors que la pression populaire s’accentue sur lui, le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu Théo Ngwabidje Kasi vient de suspendre le Maire de la ville de Bukavu, Bilubi Ulengabo Meschac de ses fonctions.

Dans un communiqué officiel lu à la Radiotélévision Nationale, station de Bukavu, cette soirée du 11 janvier 2021, l’autorité provinciale reproche au Maire de la ville la megestion et la spoliation des parcelles de l’Etat dans la ville.

Sur sa page Facebook, Rémy Kasindi du Collectif Amka-Congo note que  «La décision portant suspension du maire de la ville de Bukavu est plus politique qu’administrative, car les responsabilités sont partagées. Elle remets en cause la cohésion sociale et ouvre une voie et un passage obligé à la bonne gouvernance dont souffre toutes les institutions étatiques en province ».
Il se rappelle du moment où il se battait pour l’évacuation des containers sur la route brasserie à Bukavu que certaines décisions portant leur maintien venaient de la haute hiérarchie alors qu’il était sur terrain avec le maire.

Une mesure aperçue par l’opinion Sud-Kivutienne comme une manœuvre pour tenter de sauver sa peau en ce moment où il subit une pression populaire demandant sa démission.

En effet, le gouverneur Théo Ngwabije est visé par deux petions qui sont en circulation pour exiger sa démission à la tête de la province du Sud-Kivu. A ces pétitions s’ajoute les marches annoncées par le collectif des mouvements citoyens Amka Congo et une forte mobilisation qui se poursuit.

Notons que Ngwabije est accusé de mégestion de la province( Détournement, vente des parcelles de l’État, insécurité,…)

Les jours avenir s’annoncent durs pour ce gouverneur dont la popularité a été perdue. D’abord les jeunes du conseil provincial et urbain l’accusent de n’avoir pas inscrit le soutien à leur initiatives dans le budget 2021 de son gouvernement alors que le chef de l’État Félix Tshisekedi en avait fait son cheval de bataille enfin de lutter contre leur chômage. De son côté le collectif des mouvements citoyens Amka Congo qui en un certain moment l’accompagnait, emboîte le pas à d’autres militants et les députés qui l’accusent de spoliation d’autres parcelles de l’État, le détournement,… tout en soutenant les initiatives menées par la jeunesse dans le cadre des revendications sociales qui prennent de l’ascenseur en province du Sud Kivu.

 

Dieudonné BUHENDWA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer