Politique

Départ de Théo Ngwabije : 2021, l’année de l’assaut final

L’année 2021 s’annonce dure et compliquée pour le gouverneur de la province du Sud-Kivu Théo Ngwabije dont les appels à son départ ne cessent de se multiplier.

Il ne s’agit pas d’un acharnement comme le martèlent certains proches du gouverneur, mais une vérité portée par la majeure partie de la population.
Il s’agit des tirs bien documentés et réfléchis dirigés vers ce dernier, ils viennent de plusieurs structures de la société civile, des mouvements citoyens, des jeunes, des observateurs, chercheurs etc.
La mauvaise gouvernance résume tous les faits à charge de Théo Ngwabije.
Des mouvements des contestations observés vers la fin de l’année 2020 sont loin de se calmer mais s’accentuent et se sont déjà répandues dans plusieurs territoires de la province du Sud-Kivu dont Uvira et Mwenga.
A uvira, une journée ville morte a été organisée par la société civile pour exiger la réhabilitation de la route nationale numéro 2 déjà envahi par les eaux du lac Tanganyika sous l’œil impuissant du gouverneur.
La mauvaise gestion des recettes de la province, l’opacité dans la gestion de la DPMER, la dégradation des infrastructures dans la ville de Bukavu en particulier et dans l’intérieur de la province, la corruption, la vente des parcelles de l’État, l’impayement de ses agents, l’insécurité grandissante dans la ville comme dans les territoires, sont parmi les griefs à charge de Théo Ngwabije.

L’autre question qui revient est celle de savoir, quel a été le rôle du ministre provincial des finances? Pourquoi n’a-t-elle pas dénoncée cette ruée vers l’enfer de la DPMER qui nécessite plus d’explications et qui parlera d’elle et du rôle des acteurs y impliqués.

 

Hormis les actions déjà menées sur terrain comme la circulation des pétitions demandant le départ du Gouverneur et de son équipe, la journée ville morte organisée à Uvira pour réclamer la réhabilitation de la route nationale numéro 5, la motion de défiance et la récente manifestation des sinistrés du quartier Nyamugo dont le détournement leur aide aurait été l’œuvre du gouverneur.
« Il vient d’admettre un aveux de détournement en créant un nouveau comité des sinistrés à qui il accepté de remettre une somme, une année après cette donation par le gouvernement central.  » A affirmé un sinistré qui s’est confié à la rédaction de InfoRDC.com.

plusieurs autres manifestations de grandes envergures sont annoncées par des couches de la population dont les sinistrés de Kamituga, les usagers des routes Bukavu-Uvira-Fizi, Bukavu-Mwenga, Bukavu-Hombo et Bukavu-Minova. A ceci s’ajoutent les agents du Gouvernement provincial et ceux du gouvernorat, qui dans leurs saignements et souffrances internes, murmurent et laissent ouvrir une voie qui conduira vers une enquête approfondie sur la gestion du locataire de Nyamoma.

Le premier trimestre de 2021 est la période de l’assaut final

Que ça soit pour les pétitionnaires, les structures de la société civile, les mouvements Citoyens, des structures des jeunes, différents groupes sociaux etles députés provinciaux qui sont obligés de suivre la voix du peuple et non les intérêts personnels, tous ne font qu’annoncer une forte mobilisation et des manifestations au cours du premier trimestre de cette année pour exiger le départ du gouverneur Théo Ngwabije.

 

Dieudonné BUHENDWA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer