Société

Goma:Les risques que court la ville en cas d’une éventuelle éruption volcanique (Étude)

Le volcan nyiragongo, au Nord Kivu à Goma à l’est de la République démocratique du Congo se trouve dans son activité normale selon les spécialistes de l’Observatoire volcanologique de Goma, OVG.

Situées dans la zone d’activités du célèbre volcan Nyiragongo, la ville de Goma et celle de Gisenyi au Rwanda courent d’énormes dangers en cas d’une éventuelle éruption volcanique.

Dans une étude de planification, en collaboration avec l’université de Montpellier 3 et Yope university de Canada; l’OVG revèle qu’il y aura un probleme d’évacuation de la population au cas où il y aurait érruption du volcan Nyiragongo.

Cette étude (en cours) vise à aider les autorités administratives à insérer dans leur politique globale la notion d’évacuation en cas d’érruption.

S’agissant des dangers, cette étude revèle: la sous information sur les risques que présente le volcan en cas d’érruption. La population de Goma a du mal à comprendre l’évolution ou l’activité du volcan Nyiragongo et les risques qu’ils présente; La croissance demographique élévée. En 2002, lors de la dernière érruption, la population de la ville de Goma était 350 000 personnes, mais aujourdhui elle est arrivé à 1200000.
Ce qui fait qu’il y aura un grand problème humain en cas d’érruption; L’Insuffisance des normes urbanistiques: les principales regles d’urbanisme semblent n’est pas être respecter dans la ville de Goma. Lors de de l’érruption de 2002, les maisons étaient contruites à 30 kilomètres du volcan; mais actuellement les maisons arrivent même à 100 mètres de la montagne Nyiragongo. (Un danger); La ville n’a pas des routes d’évacuation de la population en cas de danger.

Selon l’ OVG, évidement le volcan Nyiragongo entrera en érruption tôt ou tard et toutes les coulées des érruptions prochaines passeront par la ville de Goma.
La ville présente déjà quelques fissures, mais les gens construisent sur ces dernières et pourtant c’est par là que passeront les prochaines coulées des laves du Volcan.

Selon Mony Murongwani, chargé de communication de l’OVG et chercheur à l’Univeristé Montpellier 3 en France, les points de rassemblement de la population en cas d’érruption sont éventuellement tous les stades, rond points et places publiques.

À celui-ci d’ajouter à ces differents dangers que court la ville, toutes les stations de carburant, les vehicules, les motos et chariot automobiles qui, selon lui peuvent enpiré.

« S’il y a érruption du volcan Nyiragongo, la vraie catastrophe ça sera pas la coulée de lave. Mais la vrai catastrophe sera la gestion de cette panoplie d’engins de deplacement » a t-il indiqué.

Les éléments essentiels avec lesquels on pourra s’évacuer en ça d’éruption volcanique

Selon cette étude, le maximum de chose Lorsqu’on évacue doit être 15 kilos, notamment certains documents éssentiels et certaines matières primaires pour la sécurité, notemment du sel et du sucré.

La dernière éruption de Nyiragongo, haut de plus de 3.000 mètres, remonte au 17 janvier 2002. Elle avait causé la mort de plus d’une centaine de personnes, couvrant de lave quasiment toute la partie Est de Goma, y compris la moitié de la piste de l’aéroport de la ville.
L’éruption la plus meurtrière a eu lieu en 1977 avec plus de 600 morts.

Paulin AGANZE

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer