sécurité

Nord-Kivu : Un officier supérieur accusé d’être à la base du décès du Général de brigade Tshikombo Mulamba Ghislain

La vérité autour de la mort du Général de brigade Tshinkobo Mulamba Ghislain, commandant de la 34ème région militaire a éclaté.

C’est après l’autopsie du corps du défunt par le Docteur Alumeti Munyalu Désiré, médecin légiste et Directeur du centre médecine légale à l’Université Officielle de Bukavu dont les résultats ont été portés à la face du monde à travers une correspondance rendue publique le lundi 19 septembre 2022.

Selon ces résultats, le feu commandant de la 34ème région militaire était décédé par empoisonnement.

 » De tout ce qui précède, le général Tshinkobo Ghislain était décédé des phénothiazines, produits cocanus très toxiques ayant entraîné la brûlure de son estomac  », a révélé le certificat médical fourni par le docteur Alumeti.

A ce sujet, l’un des proches collaborateurs du Général Tshinkobo Ghislain est pointé du doigt d’être à la base de ce décès.

Il s’agit du colonel Kahombo Rambo Augustin, chef bataillon du quartier général de la 34 ème enregistré sous le numéro matricule 179962717647.

D’après les dernières informations parvenues à infordc.com, le colonel Rambo serait déjà aux arrêts en attendant des poursuites judiciaires qui sont déjà ouvertes à son égard par l’auditorat militaire du Nord-Kivu.

Il sied de noter que le feu Général Tshinkobo Ghislain Mulamba avait pris ses fonctions du commandant de la 34ème région militaire en en date du 10 juin 2021 en remplacement du Général Dieudonné Kapinga Mwanza, parti pour d’autres fonctions d’État.

Il est mort le 16 août 2022 à Goma.

Richard Mashauri Nkalirwa

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer